Colloque international
27-29 mai 2020 Saint-Quentin-en-Yvelines et Paris (France)

Report de la conférence

Suite à la crise sanitaire engendrée par le virus Covid-19, la conférence qui devait avoir lieu en mai 2020 a due être reportée au mois d’octobre 2020. Vous trouverez les informations en lien avec la conférence ici-même ainsi que sur le site du GRIAHAL-CHCSC.

Colloque en étoile

Les trois journées du colloque, pour des raisons pratiques, se dérouleront successivement à l'UVSQ, en Sorbonne. Le caractère exceptionnel de la venue d'une délégation cubaine remarquable par la représentativité institutionnelle et par la reconnaissance scientifique de chacun de leur représentant, nous engage à mettre en place le colloque en étoile. Rendu possible par la collaboration des 7 équipes co-organisatrices, il permettra l'accueil dans les universités des co-organisateurs, d'un ou de plusieurs membres de la délégation cubaine, dans le cadre de conférences ou JE, avant ou après le colloque. Ainsi le public et les laboratoires des institutions universitaires co-organisatrices pourront  bénéficier in situ de la présence en France des membres de la délégation invitée, contribuer au rayonnement du projet de colloque commun et au travail des centres de recherche et de patrimonalisation des invités. L'équipe organisatrice du colloque se propose de centraliser les demandes et de gérer l'agenda des activités en étoile. Les invitants bénéficieront des moyens et des outils de communication créés pour le colloque, en plus des réseaux habituels. Les frais éventuels de déplacement, d'hébergement, de défraiement des membres de la délégation cubaine, seront à charge du laboratoire recevant l'activité en étoile.

Institutions cubaines invitées

  • Centro de Estudios Martianos
  • Centro Che
  • Oficina del Historiador
  • Cinemateca de Cuba (ICAIC)
  • Casa de las Américas
  • Fundacion Alejo Carpentier
  • Instituto de Historia

Argumentaire

En novembre 2019, a été célébré le cinquième centenaire de la fondation de La Havane.

La vieille ville de La Havane et son système de fortifications ayant été reconnus « Patrimoine mondial » en 1984, l’UNESCO s’est associée à ces célébrations. Portée par des institutions et organismes étatiques et gouvernementaux, la commémoration a largement sollicité le monde académique et scientifique international.

Fondés en 1519 dans la perspective de constituer un point central des échanges transatlantiques, la ville et son port ont connu au cours des siècles une prospérité économique et un rayonnement culturel qui ont favorisé la constitution d'un patrimoine matériel et immatériel dont l'envergure a été reconnue par son classement comme Patrimoine de l'humanité.

La Havane a été l’objet séculaire de regards à la fois endogènes et exogènes, tour à tour artistiques et scientifiques. A cet égard, La ciudad de las columnas d’Alejo Carpentier (1964) fait figure de texte emblématique. Dans la continuité de l’intérêt suscité par la ville, ce qu’elle est et ce qu’elle représente auprès des créateurs, ont abondé les études universitaires françaises, notamment à partir des années quatre-vingt-dix. L’on peut citer, en particulier dans la recherche cubaniste : Françoise Moulin Civil, « La Havane en quatre-vingt-cinq tableaux : Sucesiva o las coordenadas habaneras de José Lezama Lima » (1997) ; Michèle Guicharnaud-Tollis (éd.), Les ports dans l'espace caraïbe. Réalités et imaginaire. - Caraïbes, éléments pour une histoire des ports, 2003 ; Clémentine Lucien, Résistance et cubanité, Trois écrivains nés avec la Révolution Cubaine : Eliseo Alberto, Leonardo Padura et Zoé Valdés, thèse de doctorat (2003), Ed. L'Harmattan (2006) ; Luisa Campuzano, Las muchachas de La Habana no tienen temor de dios. Escritoras cubanas del siglo XVIII al XXI (2004, 2016) ; Magali Kabous, « Ecriture filmique, écriture littéraire, chemins croisés de l'identité cubaine », thèse de doctorat (2006) ; Sylvie Mégevand : « Faire du passé un avenir » : utopie et réalités de l’Oficina del historiador de la Ciudad de la Habana (1938-2012) », inédit HDR (2012) ; Sylvie Bouffartigue (éd.), Fruits de la terre. Du produit exotique au symbole patriotique. Cuba XVIIIe-XXIe (2013) ; Nelly Le Naour : « (D)écrire La Havane : les représentations de la ville dans la littérature cubaine de fiction (XIXe-XXIe siècles) », thèse de doctorat (2014)  ; Emmanuel Vincenot, Histoire de La Havane (2016) ; Sylvie Mégevand, « El puerto de La Habana: la puerta de Cuba. Construcción de una retórica de la acogida (iconografía y patrimonio cubanos de los siglos XIX y XX) » (2017) ; Sandra Hernandez, Alvar de la Llosa, Sylvie Bouffartigue (éd), Cuba Terre d'asile, en cours de publication, etc.

 

Ce colloque sera l’occasion d’étudier, tout en dressant le bilan de la commémoration du Ve centenaire de la fondation de La Havane, divers aspects et domaines des cultures matérielles et immatérielles associées à la capitale, de réfléchir aux processus de leur patrimonialisation, ainsi qu’à leur fonction dans une logique donnée de patrimonialisation.

Thématiques et axes de réflexion :

Thématiques:

 

  • La Havane et le patrimoine littéraire
  • Mémoire, histoire et société
  • Arts visuels et architecturaux
  • Patrimoine(s) et patrimonalisation

 

Axes:

 

  • Cultures et patrimoines matériels et immatériels
  • Enjeux de patrimonalisation et patrimoine vivant
  • Défis économiques et technologiques de la patrimonalisation

 

La ville de La Havane a été le laboratoire d’une politique inédite de restauration et de mise en valeur du patrimoine conduite par Eusebio Leal, sous l’égide de la Oficina del Historiador de la Ciudad. Le modèle de restauration du patrimoine conduit par la Oficina del Historiador, dans le cadre de la Période spéciale en temps de paix (1991-2011), mérite de faire l'objet  d'études des spécialistes de la Caraïbe, de l'Amérique Latine et des chercheurs spécialisés dans le patrimoine. Ce colloque permettra également de se pencher sur le rôle et les activités des institutions culturelles et centres d’études implantés à La Havane et dont l’existence est intimement liée à la conservation, l’étude, la mise en valeur et la diffusion des patrimoines.

La célébration des 500 ans de la Fondation de La Havane a été inscrite non seulement dans l’histoire de la ville et de l’île, mais également dans celle de la Caraïbe et de l’Amérique Latine, dans l'histoire des échanges transatlantiques et globaux. Si cette célébration participe de la démarche contemporaine de commémoration (Pierre Nora), elle s’en singularise par une perspective qui ne célèbre plus un événement au niveau de l’histoire nationale, mais le resitue dans une dimension globale : La Havane est interprétée comme un lieu symbolique de l’histoire à l’échelle mondiale.

La visibilité et l’amplitude qui lui sont données sont également un marqueur dans le cadre de l’évolution de la notion de commémoration du patrimoine matériel et immatériel que nous souhaitons interroger. Quel sens donner à la dimension transatlantique et internationale des politiques patrimoniales ; comment penser les conventionnements et collaborations entre des institutions patrimoniales et le monde académique et universitaire ; dans quel cadrage des politiques de diplomatie culturelle et scientifique cubaines, françaises et européennes évolue-t-on ?

Ces questions feront l'objet d'interventions par des spécialistes, au même titre que seront étudiés les aspects techniques et technologiques ou les retombées économiques de ces collaborations. De manière complémentaire, nous mettrons l’accent sur le rôle de l’UNESCO, dont la mission fondamentale est de promouvoir la culture et l'éducation, et qui contribue à la valorisation de ce patrimoine havanais.

Comité Scientifique

S. Bouffartigue (GRIAHAL-CHCSC), Françoise Moulin Civil (AGORA-UCP), Sandra Hernandez (LCE-Lyon 2), Carlos Belmonte (SCRIPT-UEVE), Janice Argaillot (ILCEA-UGA), Emmanuel Vincenot LISAA-UPEM), Nancy Berthier (CRIMIC- Sorbonne Université)

Comité Organisateur

S. Bouffartigue (GRIAHAL-CHCSC), Carlos Belmonte (SLAM-UEVE), Françoise Moulin Civil (AGORA-UCP), Sandra Hernandez (LCE-Lyon 2),  Clémentine Lucien (CRIMIC-UPS), Janice Argaillot (ILCEA-UGA), Magali Kabous (LCE-Lyon 2), Hortense Flores (GRIAHAL-Paris1), Emmanuel Vincenot LISAA-UPEM), Nancy Berthier (CRIMIC- Sorbonne Université), Maya Anderson-González (GRIAHAL-CHCSC)

Personnes connectées : 1